Compteur espion durant le confinement du COVID-19

Samedi 4 avril 2020, le quotidien Nice-Matin a fait savoir que le maire de Nice, M. Estrosi, avait saisi les services de l’Etat dans un but tout à fait particulier : demander au distributeur d’électricité Enedis de vérifier l’occupation des résidences secondaires, sous le prétexte de lutter contre la diffusion du Coronavirus.

Or une telle opération, qui relève d’un véritable de « flicage » de la population, ne peut matériellement être réalisée que par le biais du compteur Linky. En effet, Enedis ne peut pas déployer des agents sur tout le territoire pour vérifier physiquement l’occupation des habitations, dont les occupants peuvent d’ailleurs être paisiblement calfeutrés et non détectable de l’extérieur. Or, de part sa capacité à comptabiliser en temps réel la consommation d’électricité dans une habitation, et à envoyer en continu les informations à Enedis, le compteur Linky confirme ce que ses opposants dénoncent depuis plusieurs années : il s’agit bien d’un compteur espion, un véritable « Big Brother » qui fait peser un très grave danger sur les libertés publiques des citoyens.

Articles de Presse :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *